Mes textes : 24 avril 2011

Alice évadée

IMG_4203

A l’aube, Alice s’éveille:
Le soleil encore pâle
Sur le lit blanc sommeille.

Alice émerveillée
Par les lueurs enlevées
Cède alors au soleil
Le vermeil de ses joues.

Et la lumière appelle
La pâleur de ses mains,
Pareilles à ces navires
Que veillent les phares au loin.

Alice quittera les villes:
Ses esquifs appareillent
Pour aller loin, très loin,
Dans l’orange-soleil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s